Flux RSS



Designed by:
SiteGround web hosting Joomla Templates

Gestion de classe/organisation
Sociogramme PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Yannig Marchegay   
Mardi 28 septembre 2010 22:01

Ce matin et cette après-midi, sociogrammes avec mes classes.

J'ai demandé à chaque élève de renseigner sur une page A5 :

  • les deux élèves à côté de qui il voudrait être pour bien travailler
  • les deux élèves à côté de qui il ne souhaite pas être car il ne pourrait pas travailler comme il faut (je suis fier de certains qui ont réussi à prendre du recul pour mettre des amis dans la deuxième partie, car ils risqueraient de papoter et donc de moins bien travailler).

C'est là que ça se complique… Il faut mélanger comme indiqué ci-dessus, avec priorité à la séparation de ceux qui ne peuvent pas se supporter (en attente de résolution des réactions épidermiques en conseil de classe) mais également en mettant au moins deux élèves qui se "voulaient" à la même table. Du coup, j'ai passé deux heures à réorganiser les dispositions des élèves de mes deux classes, avec des petits papiers et je ne sais combien de mètres parcourus entre les tables pour visualiser la chose. Je ne suis pas trop mécontent dans l'ensemble : je pense avoir réussi à séparer les bavards et ceux qui ne peuvent pas se supporter (avec certains de dos pour éviter encore plus les soucis), avoir mis chaque élève avec au moins un de ceux qui voulaient travailler ensemble et avoir mélangé léthargiques et sacs de ressorts. J'espère que la pratique rejoindra la théorie…

Je trouve que les sociogrammes sont très intéressants. Ils permettent de révéler (ou bien souvent de confirmer) :

  • les élèves qui en insupportent beaucoup d'autres,
  • les crèmes avec qui tout le monde veut travailler,
  • ceux qui arrivent à prendre le recul pour séparer ami/camarade de travail (plus rare, mais d'autant plus appréciable).

Pour poursuivre la réflexion, je vous invite à la lecture de cet article.

 
La correction PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Yannig Marchegay   
Samedi 06 février 2010 12:46

Quand ?

Pendant le temps de travail individuel (TI)

Les élèves peuvent se faire corriger de deux manières pendant le temps individuel :

  1. soit en mettant leur tétra'aide sur le jaune quand je circule dans les rangs,
  2. soit en venant me voir au bureau si je suis en train de leur préparer quelque chose.

En dehors du temps individuel

Ã? la fin du temps individuel de travail, les élèves mettent leurs feuilles où des exercices restent à corriger dans une bannette (nous travaillons avec un classeur) et je m'en occupe un matin avant l'APE, pendant une récréation, à la pause de midi ou le soir.

Comment ?

Dans tous les cas, le code couleur reste le même :

  • bleu => le travail est juste et bien présenté du premier coup, rien à redire.
  • vert =>
    • soit l'exercice est mal présenté (c'est un peu la carotte pour ceux qui ne font pas trop d'efforts pour écrire de manière lisible),
    • soit l'exercice est juste après une seconde tentative (après un bilan ou une relecture),
    • soit il y a une ou plusieurs erreurs minimes (oubli ou mauvaise formulation d'une phrase réponse par exemple).
  • jaune => je l'utilise peu, voire plus du tout.
  • orange => exercice mal compris, à revoir (relecture ou passage au bilan).
  • rouge => exercice pas du tout compris (mais je préfère ne rien mettre du tout que de mettre du rouge.
 
Évaluations à la demande PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Yannig Marchegay   
Dimanche 03 janvier 2010 02:00

En fin de période dernière, j'ai essayé quelque chose qui a beaucoup plu aux élèves et que je souhaiterais étendre à toutes les matières : les élèves savent sur quoi ils seront évalués avant la fin de la période et c'est à eux de "demander" l'évaluation quand ils se sentent prêts sur une notion ou à demander des exercices d'entraînements supplémentaires s'ils en ressentent le besoin. Je suis presque sûr que ça va bien marcher avec eux mais du coup, ça risque de très fortement accentuer les différences entre les plans de travail.

Comme je l'imagine pour l'instant : en début de période, je dis sur quoi les élèves seront évalués en fin de période (avec affiche récapitulative). Ils savent qu'il y aura une date butoir mais que s'ils se sentent prêts avant, ils viennent me voir et on se cale l'éva. Je réfléchis éventuellement à une pré-évaluation pour qu'ils soient plus sûrs d'eux au moment de demander mais pas sûr car les exercices sont censés amener aux compétences évaluées donc théoriquement : tu réussis les exos difficiles = tu es prêt. Ã?a devrait renforcer leur implication dans les apprentissages. Suite au prochain numéro…

 
La PMEV PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Yannig Marchegay   
Dimanche 30 août 2009 02:00

La PMEV

La PMEV, qu'est-ce que c'est ?

La PMEV est une pédagogie inspirée du mouvement Freinet lancée par Michel Monot, IEN en Nouvelle-Calédonie, pour enrayer le problème d'absentéisme dans les écoles. Je n'ai pas voulu faire de copier-coller de l'historique écrit par M. Monot, vous pouvez lire l'article http://www.pmev.fr/articles.php?lng=fr&pg=52 pour plus d'informations (c'est très clair et pas très long).

Plus d'informations sur www.pmev.fr et sur le fil dédié du forum EDP.

Le temps individuel (TI)

Le temps individuel est le moment où les élèves sont sur leur plan de travail. Comme son nom l'indique, ils travaillent seuls à ce moment. Ils choisissent leurs exercices.

Le bilan (temps d'aide collective)

Je n'ai pas compris

Quand un élève ne parvient pas à faire un exercice, il peut :

  • relire attentivement la consigne et réessayer,
  • choisir un exercice plus simple (cf explications du plan 8),
  • se faire aider par un pair,
  • passer au bilan.

Le bilan consiste à demander à la classe de l'aide. L'objectif est que tout le monde se mette ensemble pour tâcher de mettre l'élève en difficulté sur la voie.

Élève : la première chose est déjà que l'élève en question arrive à exprimer ce qu'il a compris et ce qu'il n'a pas compris (ça peut être un mot, une tournure, une procédure, etc.) et ce n'est pas la partie la plus aisée.

Classe : ce qui n'est pas facile est d'arriver à expliquer sans donner la réponse, à mettre l'élève sur la voie sans lui dire exactement ce qu'il doit faire.

J'ai compris

Si un élève a résolu un problème difficile ou un exercice en utilisant une méthode que je juge particulièrement intéressante, il peut également passer au bilan pour expliquer comment il a procédé.

La PMEV et moi

Le pourquoi du comment

L'an dernier, j'ai eu beaucoup de soucis de discipline avec certains éléments. J'avais alors une pédagogie très frontale qui semblait fort ne pas convenir à tout le monde. J'ai donc passé l'été à étudier comment adapter ma manière de gérer la classe pour donner envie à tout le monde de travailler et impliquer les élèves dans leurs apprentissages, les rendre acteurs de leur processus d'acquisition des savoirs et savoirs-faire.

La manière de faire sa classe ne résout pas tout mais il est clair que c'était une piste de travail à réfléchir en profondeur.

Le cheminement

Très tôt dans l'été, j'ai découvert ce système de fonctionnement par plans de travail/bilans. Moi qui avais justement du mal à différencier en pédagogie frontale, j'étais intéressé par cette manière de voir les choses. J'ai donc beaucoup lu sur le sujet : tout d'abord les articles du site www.pmev.fr, puis je me suis manifesté sur le forum EDP, où j'ai posé un grand nombre de questions (un grand merci pour leur patience d'ailleurs !). Ã? force de lire, relire, laisser mûrir, lire de nouveau, etc., les idées ont fini par faire leur petit bonhomme de chemin dans ma tête, je me suis approprié un certain nombre de fonctionnements, ai décidé d'en modifier d'autres, tant et si bien qu'une semaine avant la rentrée, j'ai décidé de manière ferme de m'impliquer à fond dans cette pédagogie cette année.

Au début

Ã? la rentrée, le fonctionnement a été volontairement simplifié afin que les enfants s'installent dans cette nouvelle façon de faire : simple plan de travail, très peu de fiches (plutôt des exercices "classiques"), bilans très guidés et aucun graphique de suivi. Au fur et à mesure que les élèves s'approprieront les outils et les méthodes de travail, je complexifierai la chose pour entrer plus en profondeur dans cette pédagogie.

 
« DébutPrécédent12SuivantFin »

Page 2 sur 2